smart-manufacturing ANRT article

l'ANRT propose un plan national pour le smart-manufacturing

Le smart manufacturing, nouveau modèle de production industrielle, a fait l’objet en mai dernier d’une note de synthèse très intéressante rédigée par le groupe de travail de l’Association Nationale Recherche Technologie « Pour une politique industrielle du numérique ».

Ce groupe s’est donné pour mission de définir le smart manufacturing, d’exposer ses enjeux et de proposer un plan national en sa faveur. Il rassemble d’éminents experts du monde de l’industrie, dont Pierre Faure président de l’AFNeT, Co-président et Directeur du Programme ATLAS, est présidé par Gérard Roucairol, président honoraire de l’Académie des technologies, Pierre Bitard, auteur à l’ANRT et Clarisse Angelier, directrice de publication à l’ANRT.

Le smart-manufacturing comme enjeu politique et écologique

Les experts qui ont travaillé à cette note de synthèse insistent sur les bénéfices qu’apportent ce mode de fabrication intelligente. Dans le contexte de tensions internationales et de changement climatique que nous vivons actuellement, les enjeux sont à la fois politiques et écologiques comme par exemple l’exigence d’efficacité énergétique.

Ils insistent également sur les nombreux changements que cela implique et qui, s’ils ne sont pas correctement accompagnés, pourraient avoir un un effet contre-productif.

Le smart-manufacturing comporte une dimension technologique et une dimension organisationnelle, l’une comme l’autre étant indissociables et fondamentales, le travail doit donc porter sur ces deux aspects tout en restant ouvert à l’un et à l’autre. Il n’y a que grâce à un mode travail souple et à des moyens de communications simplifiés que le changement pourra être efficace.

Les standards comme outils nécessaires à la migration vers le smart-manufacturing

Il ressort de cette note de synthèse que pour une mise en œuvre efficace et à grande échelle du smart-manufacturing, la circulation des données est l’une des problématiques centrales et qu’elle ne pourra se faire que grâce aux standards. Le choix de ces derniers constitue pour les auteurs la première étape de toute transformation numérique vers le smart-manufacturing. Les standards sont clairement définis comme les outils qui permettent de caractériser les enjeux et comme opérateurs de transformation. Ceci posé, la question du cloud et tout ce qui en découle doit être abordée.

Convaincue de l’importance de ce sujet, l’ANRT a fait parvenir cette note aux membres du gouvernement et aux élus (Assemblée Nationale et Sénat) assortie d’une demande de rendez-vous en septembre.

Cette note de synthèse pose un regard complet sur l’état du smart-manufacturing en France et à l’international et nous donne les pistes nécessaires pour avancer. Nous ne pouvons que vous en conseiller la lecture !

Share this article